karilyn…

Karine Guelpa Bonaro dite Karilyn… Graphiste diplômée de l’école supérieure d’arts appliqués de Genève – aujourd’hui Haute école d’art et de design – peint depuis son plus jeune âge. Basée quelques années à Chambéry, elle a participé à des expositions collectives (Cité des Arts, collectif « Parcours d’artistes », Baouf). Elle est actuellement installée à Lyon.

Ses thèmes de prédilection sont la féminité dans tout ce qu’elle a de doux, brutal, fou, fragile, fort et mystique.

Karilyn « détache » ses émotions comme des morceaux de peau, d’où l’utilisation d’un support souple (le papier par exemple) qu’elle froisse ou déchire avant de le coller sur toile et griffe ensuite la peinture avec une plume.
Sous une apparente douceur, la vie n’est jamais lisse, les visages et les corps sont marqués comme les froissures sur ses peintures.
Le noir et la couleur sont intimement liés. Le noir n’est jamais complètement noir et les couleurs  sont « salies » volontairement (technique mixte, acrylique).

Elle travaille également le noir et blanc, à l’encre de Chine pour réaliser des dessins automatiques sur petits et grands formats.
Et développe un travail de fresque murale à l’acrylique ou s’emmêlent de façon obsessionnelle visages, corps et regards. Ce travail est réalisé principalement en « live painting » chez des particuliers qui désirent donner vie à leurs murs.

C’est un travail plus ou moins conscient.

«  Pourquoi des baisers refoulés, contrariés, pourquoi des bouches figées ? Voulons-nous vraiment, aimons-nous vraiment ? Exprimons-nous vraiment ? Pourquoi des yeux toujours des yeux ? Je pense être obsédée par le regard des autres, par mon propre regard sur moi-même. Nous sommes tous reliés mais nous sommes parfois déconnectés les uns des autres, de nous-mêmes, nous jouons des rôles selon les circonstances, nos relations aux autres sont parfois factices… Nous fermons les yeux, nous ne regardons pas là où il faut et nous nous taisons (?)… Je me questionne sur ce monde fait de voyeurisme et d’égocentrisme… Quand le spectateur regarde mes toiles, qui est vraiment en train d’observer l’autre ? Big mother is watching you… and you are famous! » Karilyn.

Depuis 2020, les collages et dessins de rue font aussi partie de son expression picturale.

Ses toiles sont signées Kika avant 2017. Aujourd’hui sa signature est Karilyn.

Bienvenue dans son univers…

Pour tout renseignement, demande de prix, commande, contactez-la !

* Toute reproduction interdite *

@karilyn.painter
@karilyn.painter